Des produits bio ou 100% naturels depuis 1981 en direct avec des producteurs. Un commerce éthique respectueux de l’environnement.

Processus de fabrication de l’Encens Tibétain

Lors d’un voyage au Népal, l’un des artisan producteur nous a expliqué les différents processus de fabrication d’Encens Tibétain.

Les encens Tibétain sont généralement produits au sein des monastères Bouddhistes, ou par des anciens moines ayant créé leur entreprise, en Inde, au Népal ou au Bhoutan. 
Les recettes originales ont toutes été formulées par des grands Maîtres Tibétain selon les différentes lignées. Elles ont été transmises à des moines en charge de la fabrication de l’Encens, ou exceptionnellement à des laïcs, pour les besoins de leur monastère. Ces formulations sont souvent tenues secrètes.

Nos encens sont composés de nombreux ingrédients, végétaux ou minéraux, ainsi que des substances subtiles bénies. Ils sont majoritairement composés de plantes sauvages cueillies sur les contreforts de l’himalaya. Ils ne contiennent ni colle ni substance de synthèse.

On retrouve dans les encens du Tibet : Des herbes, des racines, des feuilles, des écorces, des tubercules, des résines d’arbres, des pierres broyées, des coquillages… Le nombre d’ingrédients varie d’une vingtaine, à plus de 150 pour certains encens particuliers. Des ingrédients “subtils” liés au bouddhisme tibétain sont incorporés dans certains encens.

L’élaboration des encens tibétain se fait en fonction des phases lunaires, dans un ordre précis.

Les différents éléments sont séchés, réduits en poudre, dosés et incorporés avec de l’eau de source en suivant les traditions et les recettes originales. L’ensemble forme une pâte que l’on découpe en tranches. Ces morceaux de pâte sont ensuite pressés un à un à l’aide d’une canule pour former un long spaghetti enroulé sur lui même.

Nous avons fait une petite vidéo de ces étapes:

Comme vous le voyez dans la vidéo, le spaghetti est des fois assez emmêlé, et il faut un certaine dextérité pour être efficace.

Une fois les bâtons bien secs, ils sont ensuite décollés de la claie, séparés, et mis en gros fagots. Ils sont ensuite mis en paquet manuellement, avec un savoir-faire assez extraordinaire. Pour preuve, cette vidéo ou il n’a même pas besoin de compter les bâtons pour en connaitre le nombre!

 

Fermer le menu
Translate »
%d blogueurs aiment cette page :